Soins
Hazielle

078 789 00 26



L'ORTHO-BIONOMY, UN NOUVEAU
SYSTEME THERAPEUTIQUE


Docteur Philippe-Gaston Besson

Le docteur Besson nous fait découvrir dans cet article une technique thérapeutique dérivée, à l'origine, de l'ostéopathie. Mise au point par le docteur anglais A. Pauls, l'ortho-bionomy travaille de manière douce sur les attitudes posturales des patients et intègre le plan énergétique dans son approche du traitement des douleurs. Outre ses compétences en ortho-bionomy, le docteur Besson est vice-président de l'Association médicale Kousmine et membre fondateur de la Fondation Kousmine en Suisse.

Le docteur Arthur LincoIn Pauls est docteur en ostéopathie en Angleterre. Alors qu'il n'était qu'étudiant, il lut un article d'un ostéopathe américain, le docteur Lawrens Jones, qui l'amena à développer un système thérapeutique nouveau fondé sur la stimulation des réflexes d'autocorrection du corps.
Ce que Jones avait découvert, c'est que les lésions ostéopathiques pouvaient se résoudre d'elles-mêmes sans manipulation, simplement en plaçant la personne dans une position antalgique (1), les lésions se corrigeant alors spontanément sans manipulations coercitives.
A partir des travaux du docteur Jones, le docteur Pauls mit au point une méthode différente de celles connues jusqu'alors, méthode qu'il appela ortho-bionomy et qu'il commença à enseigner dés 1978. Il a voyagé à travers le monde, formant des praticiens à cette technique. Celle-ci s'adresse aussi bien à des sportifs, à des personnes souffrant de douleurs rhumatismales ou de douleurs musculaires, qu'à des personnes exprimant des douleurs traduisant des stress émotionnels.

(1) Une position antalgique est une position qui ne provoque pas de douleurs.

Laisser l'énergie s'écouler librement

Laissons Pauls décrire lui-même sa méthode...

" Les blessures, les maladies et/ou les situations conflictuelles que l'on répète inconsciemment au cours de la vie, sont la conséquence de ce que j'appelle une "incompréhension". L'ortho-bionomy permet d'amener le patient à la compréhension afin qu'il puisse, dès lors, répondre de façon appropriée plutôt que par habitude ou par peur. Bien sûr, il n'est pas question ici d'une compréhension consciente et verbalisable. Elle est habituellement inconsciente, davantage perçue comme un ressenti intérieur, présent chez chacun d'entre nous de manière naturelle, lorsque la peur ou tout autre blocage énergétique est absent de notre être.

" Prenons un exemple : lorsqu'on enlève la bonde du fond d'une baignoire pleine, nul n'a besoin de dire à l'eau : "maintenant tu peux t'écouler". Elle s'écoule parce qu'il n'y a rien pour l'en empêcher. De la même manière, en enlevant ce que j'ai appelé une "incompréhension" du corps, on permet à l'énergie intérieure du corps de se relier à l'énergie naturelle de l'univers; ainsi l'énergie vitale du patient s'écoule librement et le corps fonctionne à nouveau correctement. (…)
" Je ne dis pas qu'il soit impossible de devenir conscient d'une telle "incompréhension", mais que cette conscience-là n'est atteinte que par peu de gens. Chacun, bien sûr, est persuadé qu'il s'efforce de l'atteindre, mais très peu d'entre nous sont capables de payer le prix pour y parvenir, à savoir : accepter d'abandonner toutes les choses qui nous retiennent dans des schémas comportementaux dont nous croyons avoir besoin.
" En outre, même en l'absence de cette conscience, une compréhension intérieure peut être établie pour apporter un soulagement physique important. "

Qu'est-ce que l'ortho-bionomy ?
Ortho est en soit un terme suffisamment éloquent. Il veut dire droit, juste, correct. Bionomy peut se traduire par la science des lois de la vie. Ainsi, le terme ortho-bionomy peut s'interpréter comme étant l'application correcte des lois de la vie.

Il faut se méfier des manipulations "en force"
"Les phases reflex techniques (nom donné à l'origine part le docteur Pauls à ses différentes techniques) sont des méthodes que j'utilise pour corriger la structure sans avoir recours aux manipulations "en force" qui sont habituellement pratiquées dans les techniques manuelles courantes. On peut citer parmi celles-ci l'ostéopathie, la chiropractie et la physiothérapie. Pendant des siècles, les techniques manuelles étaient considérées comme étant les seules méthodes capables de corriger les problèmes structuraux. Toutes ces méthodes travaillent "en force" à un degré plus ou moins important, et si elles sont pratiquées avec doigté, elles peuvent réellement apporter une amélioration importante. Mais faites de manière incorrecte, elles peuvent faire davantage de mal que de bien, et même provoquer des altérations au niveau de la structure osseuse. L'organisme humain, lorsqu'on l'oblige à entrer dans des schémas intellectuels préconçus, se rebelle. On le constate au niveau des conséquences qu'il y a à sans cesse remettre en place des "déplacements vertébraux" en poussant violemment la vertèbre "déplacée" d'un point A supposé faux à un point B supposé correct. Il arrive que les forces utilisées pour cela nécessitent une pression de plusieurs dizaines de kilos. Dans les techniques standard, la partie du squelette "déplacée" est remise en place "en force" (c'est le "cracking" !). Le problème peut disparaître totalement pour ne plus réapparaître, mais aussi se manifester à nouveau après un délai plus ou moins long, quelquefois de manière différente.

L'ortho-bionomy retrouve les positions prises spontanément par le corps
Les réflexes instinctifs du corps servent à nous mettre dans une position plus sûre, si toutefois celui-ci se trouve menacé. Un réflexe est une réaction qui apparaît comme une réponse à une sollicitation; par exemple chacun sait que s'il met sa main sur une plaque électrique chaude, le message est transmis au système nerveux et vient en retour jusqu'aux muscles du bras presque instantanément afin de protéger l'organisme d'une brûlure. A chaque fois qu'un évènement menace le système nerveux à un endroit du corps, cet endroit (ou les parties proches) répond par un "spasme" pour nous éviter de nous blesser plus profondément.

A cause du facteur "peur" souvent lié au traumatisme, par exemple dans un accident de voiture, il se peut que l'organisme maintienne le spasme pendant un temps plus long qu'il n'est nécessaire, voire même pendant plusieurs années. Ce réflexe originel de protection, qui a permis d'éviter une fracture cervicale par exemple, peut persister et constituer un "blocage". L'ortho-bionomy va travailler sur ce facteur "peur" qui a pérennisé la situation. La technique consiste à faire repasser la nuque par le même mouvement qui a été responsable du problème, mais dans des conditions de douceur et de sécurité où il n'y a plus de peur. Nous y parvenons en laissant prendre spontanément à la partie traumatisée une position antalgique, puis en exagérant passivement le mouvement dans le sens indiqué par l'organisme. La position dans laquelle se place l'organisme nous montre ce que le corps s'efforce de protéger. Notre approche est tout à fait distincte des manipulations coercitives. Même si ces manipulations en force sont faites avec doigté, elles sont vécues par l'organisme comme une contrainte et sont capables de provoquer un nouveau mécanisme compensateur ou un blocage. Il est impossible d'aggraver quiconque en pratiquant l'ortho-bionomy, à partir du moment où les mouvements se font en douceur et ne s'opposent en rien aux attitudes antalgiques spontanément prises par le corps.
L'ortho-bionomy n'utilise aucune technique manipulatrice en force mais se sert uniquement des réflexes d'autocorrection du corps. Elle se trouve ainsi être la forme de travail sur le corps la plus sûre qui soit de nos jours. Grâce à cette notion de sécurité, cette technique peut être enseignée à un plus large éventail de praticiens.
Là où, avec des techniques standard, il faut des années au praticien pour être efficace, cette habileté peut la plupart du temps s'acquérir en quelques mois en utilisant les différentes techniques de l'ortho-bionomy.

L'origine des problèmes structuraux
Demandons-nous maintenant comment les structures de notre organisme en arrivent à nous poser des problèmes :

1. L'accident
C'est le choc traumatique soudain. Un accident de voiture provoquant un "coup du lapin" en est un bon exemple. La nuque, suite au coup, se bloque pour se protéger de préjudices plus importants. Si aucun os n'est fracturé au niveau du cou, il est très facile de traiter cela en utilisant les phased reflex techniques. Car si l'on mettait une minerve, la situation pourrait subsister pendant des mois pour se régulariser spontanément ou non. Si la situation ne s'arrange pas finalement d'elle-même, ce peut être à cause des mécanismes compensateurs :

2. Les mécanismes compensateurs
A la suite de l'accident originel, la colonne vertébrale cherche à compenser en créant des blocages à d'autres endroits pour tenter de récréer une sorte de "second équilibre". Cela se produit lorsque le corps ne peut plus, par lui-même, retrouver son juste équilibre; il s'installe alors temporairement dans un état de déséquilibre équilibré. (Quelquefois, ces déséquilibres compensatoires sont si fortement installés qu'ils deviennent fauteurs de troubles plus importants que le traumatisme originel.) En fait, souvent, la correction de la lésion primaire n'a aucune action sur les mécanismes compensateurs.

3. La protection émotionnelle
Un traumatisme émotionnel peut déclencher un blocage musculaire de défense. Celui-ci peut être engendré par nos pulsions animiques : la peur, la haine, la jalousie, l'envie, l'orgueil, l'avidité, etc. En d'autres termes, des traumatismes émotionnels répétés peuvent être responsables de blocages dans le corps, plus particulièrement au niveau des hanches et de la région dorsale. Cette situation souvent mal comprise entraine la multiplication sans résultat des actes de manipulation. Il est inutile "d'ajuster" ces zones sans prendre en compte le problème émotionnel. Chaque type de problème de structure doit être abordé au niveau de son origine.

4. Les problèmes viscéraux
Si un organe est dans un état de dégénérescence, il peut perturber le segment de la colonne vertébrale par lequel il est innervé et vice versa. Souvent la correction du blocage au niveau de la colonne améliorera l'état de l'organe correspondant. L'idéal est de travailler à la fois sur l'organe et sur le segment de la colonne vertébrale bloqué.

5. Perturbations du corps éthérique
Il arrive souvent qu'il y ait un blocage énergétique au niveau du corps éthérique, qui correspond au blocage physique constaté au niveau de la structure osseuse. Sa résolution est difficile si l'on utilise une technique qui ne s'adresse qu'au corps physique.

Développer une approche instinctive
A côté de ces 5 causes fondamentales, il existe beaucoup de combinaisons différentes associant deux ou plusieurs facteurs entre eux. A partir de ce qui vient d'être catalogué précédemment, il faut, pour se "débrouiller" en face des problèmes complexes présentés par les différentes formes que prennent les "maladies de l'homme", développer une approche instinctive, un art qui a été tristement négligé au profit d'une démarche nosologique (2) sans fin, induite par un raisonnement d'ordinateur. Les différentes techniques de l'ortho-bionomy sont une manière de retrouver cette intuition naturelle, et de travailler sur le fait que le corps humain est capable de se corriger lui-même si on lui en donne la motivation.

(2) Nosologie : étude des caractères distinctifs permettant de définir les maladies.

Les différentes techniques réflexes
A partir des travaux ostéopathiques de Jones, le docteur Pauls mit au point ses différentes techniques réflexes (phased reflex techniques). Dès lors, sa méthode s'éloignait de la stricte ostéopathie et chiropractie : "En 1976, je rencontrai le docteur Jones à l'occasion d'une tournée de conférences aux Etats-Unis. Je pus discuter avec lui et lui montrer les aspects des différentes phases. Il fut très intéressé mais ne fut pas capable de comprendre la réelle portée de sa découverte. Ce n'était plus ni de l'ostéopathie ni de la chiropractie mais une forme nouvelle de thérapie qui, en déclenchant des reflexes proprioceptifs, entraîne un changement au niveau du corps éthérique et aboutit à une correction au niveau du corps physique. Le point important, pour que cette technique puisse être enseignée à tout praticien averti en physiologie et en anatomie, est qu'il soit suffisamment adroit de ses mains."


En ortho-bionomy, il existe 7 phases.


Phases 1 à 3
Elles peuvent se décrire comme étant des étapes qui ont permis le développement de la technique à partir du travail de Jones. Elles correspondent à l'apprentissage à travers lequel le docteur Pauls a dû passer pour arriver à la naissance de l'ortho-bionomy. On peut dire que cette période équivaut à la synthèse de ce qu'ont apporté au docteur Pauls l'étude de l'ostéopathie et des arts martiaux (Pauls était ceinture noire de judo et l'a enseigné pendant plus de vingt ans).

L'ortho-bionomy commence à la phase 4.

Phase 4
La phase 4 est un ensemble de techniques corporelles employées; pour résoudre les tensions et déséquilibres des muscles, des articulations et des ligaments. Les méthodes utilisées sont non coercitives et demandent au praticien de mobiliser doucement le patient dans des positions antalgiques qui entraînent une détente musculaire, ce qui permet aux structures ostéoligamentaire, musculaire et énergétique de se rééquilibrer d'elles-mêmes. Ces techniques permettent de travailler sur chaque articulation du corps. Le praticien perçoit dans son travail, avec l'habitude, la durée du maintien de la posture. Cela dépend essentiellement de la capacité d'intégration de l'information par le patient. Elle varie généralement entre dix et soixante secondes.

La phase 4 comprend également un travail sur les habitudes posturales des patients, qui peuvent contribuer à provoquer ou entretenir des douleurs ou des déséquilibres. Par exemple, la manière dont une personne s'assied pendant son travail peut aggraver une lombalgie chronique. Le praticien doit savoir indiquer au patient une position plus équilibrée afin de réduire la zone de tensions dans le bas du dos et quelquefois lui donner un ensemble d'exercices qui vont permettre d'aménager des changements positifs au niveau de la posture.

C'est la partie du travail la plus orientée sur le physique. Il est possible de devenir un très habile praticien en phase 4 sans rien comprendre de l'énergie ou même savoir qu'elle peut exister.

Les mobilisations sont efficaces sans qu'on ait besoin d'y croire car elles se fondent sur des fonctions physiologiques.

Phase 5
On se sépare ici du concept de Jones. Au lieu que ce soit le praticien qui corrige le patient, c'est le patient lui-même qui apporte sa propre correction en guidant le praticien, ce dernier s'ouvrant à l'écoute des mouvements fins - physiques et énergétiques - du patient. Cela peut paraître complexe mais c'est en fait très simple à comprendre pour qui possède la conception du schéma énergétique du corps.

C'est une manière plus subtile d'appliquer les principes de l'ortho-bionomy : comme nous le disions précédemment, l'organisme a tendance à aller naturellement à la recherche de positions antalgiques lorsqu'il se blesse. En suivant cela, le praticien va exagérer les postures que choisit l'organisme. Le travail en phase 5 consiste donc à suivre les schémas de mouvements énergétiques tels qu'ils s'expriment physiquement.

Un trouble émotionnel peut se manifester sur le plan physique. Nous avons tous vu des gens modifier leur attitude physique lorsque leurs émotions changent. Les muscles deviennent plus tendus et contractés lorsque quelqu'un est soumis à la peur ou à la colère par exemple. Avec la phase 5, il est possible de travailler à la fois sur les plans physique, émotionnel ou énergétique, ce qui permet d'atteindre un rééquilibrage et une détente plus complets et plus profonds.

Phase 6
La phase 6 est une suite plus subtile de la phase 5. Il faut ici apprendre à travailler avec des déséquilibres purement énergétiques qui s'expriment, ou non, sur un plan physique et sont capables d'affecter le bien-être du patient. En suivant les mêmes principes que les autres phases, le praticien en phase 6 utilisera les mouvements énergétiques du patient pour déclencher une réponse similaire à ce que l'on a obtenu en phase 4 : mettre le patient dans une position de soulagement, cette fois-ci sur le plan énergétique et non plus sur le plan physique.

Dans cette technique, le praticien déclenche le réflexe d'autocorrection en plaçant ses mains loin du corps physique du patient. Cette technique peut paraitre spectaculaire, surtout pour certains patients susceptibles de ressentir le réajustement énergétique.

Phase 7
Les structures de correction peuvent souvent se résoudre par une forme de pensée qui est "projetée" sous forme de schéma mental géométrique. La correction ne nécessite aucun contact avec le patient, pas même visuel.


Qu'apprend-on dans les séminaires d'ortho-bionomy ?


Dans un séminaire de base, grâce à des démonstrations de l'instructeur suivies d'un travail par paires, l'étudiant apprend les mouvements et les différentes postures qui permettent de travailler sur le corps physique et ses articulations, en amenant un soulagement de la douleur et une détente des tensions musculaires de ces articulations et des parties musculaires afférentes. Il va aussi découvrir des techniques de rééducation posturales.

Dans les séminaires avancés, on commence à travailler sur l'ensemble corps physique - corps énergétique, en pratiquant toujours avec douceur et subtilité pour obtenir un équilibre.

Le programme de formation pour les praticiens comprend différents séminaires.

Phase 4
C'est l'apprentissage des techniques de base de positionnements spécifiques. Elles ont pour but la sollicitation des réflexes naturels d'autocorrection. Ce sont des techniques spéciales associant la palpation de points spécifiques de tension et la mobilisation douce et passive afin d'obtenir une détente de la tension musculaire et un soulagement de la douleur.

Il y a des techniques spécifiques qui permettent de travailler sur chaque articulation du corps. Grace à ces mobilisations, l'ortho-bionomy permet une relaxation et une augmentation de la circulation au niveau des différentes parties du corps sur lesquelles on travaille.

Le patient expérimente la capacité qu'a son organisme de se rééquilibrer de lui-même lorsqu'on le fait repasser à travers une expérience traumatique qui a été responsable de la pathologie, mais en l'accompagnant de manière douce et sécurisante afin d'effacer le schéma traumatique mal intégré et générateur des blocages.

Rééducation posturale
C'est la compréhension de l'équilibre postural, ce qui permet d'aider les patients à corriger leur posture (assise, debout ...) et leur démarche. Sont également incluses des techniques pour aborder les problèmes spécifiques du dos.

Exploration du mouvement
Observation et étude des mouvements normaux des muscles et des articulations et interrelation avec les mécanismes erronés générateurs de tensions et de troubles.

Réflexes neuro-lymphatiques de Chapman
Bien que ne faisant pas partie intégrante de l'ortho-bionomy, ces réflexes, qui permettent de stimuler les fonctions du système lymphatique, sont importants et souvent négligés par les autres écoles. Ils sont ici présentés du point de vue de l'ortho-bionomy.

Phases 5 et 6
Ce sont les degrés intermédiaires et avancés en ortho-bionomy. En partant de la phase 4, on ajoute la notion de mouvement et d'énergie. Ces séminaires apprennent à développer notre sensibilité pour faire l'expérience des mouvements de l'énergie dans le corps, qui s'expriment au niveau physique et énergétique.

Art de la pratique
C'est un séminaire destiné à permettre aux élèves de présenter leur travail en ortho-bionomy de manière détendue et professionnelle et à apprendre à pratiquer dans les limites déontologiques.

Questions éthiques et émotionnelles
Ce séminaire aide à comprendre les réactions émotionnelles du patient, à développer une éthique professionnelle et à maitriser les relations de transfert qui ne manquent pas de survenir entre le patient et le praticien, et réciproquement.

Séminaire résidentiel
C'est un séminaire d'une durée minimum de 5 jours qui plonge les étudiants dans le monde de l'ortho-bionomy.

Les principaux concepts de l'ortho-bionomy
Fondamentalement, l'ortho-bionomy développe une attention particulière aux besoins du corps; idéalement, un être humain est capable de le faire par ses propres moyens, mais la plupart d'entre nous avons perdu cette capacité. Les enfants et les animaux répondent merveilleusement bien à ce travail, souvent mieux que les adultes parce qu'ils n'ont pas encore développé les schémas protecteurs ou systèmes de croyances par lesquels ils s'imposent un comportement.

Il est également vrai que nous avons l'habitude d'abuser de notre corps, beaucoup plus que ne le font les animaux, en marchant sur des surfaces dures, en nous asseyant sur des chaises qui ont été dessinées pour ne pas être confortables, ou par la répétition de mouvements erronés, professionnels ou autres, lesquels peu à peu nous entraînent hors de notre équilibre naturel. En ortho-bionomy, lorsque nous découvrons par l'examen qu'un muscle est sous tension et qu'il tire le corps dans une certaine posture, au lieu d'essayer de détendre ce muscle en l'étirant et de ramener le corps dans une situation supposée plus équilibrée, nous suivons juste ce que le corps essaie de faire naturellement jusqu'à exagérer cette position. Si un muscle est contracté, nous allons placer le corps de manière à ce que ce muscle soit encore plus contracté. Par réaction, le corps va déclencher un réflexe de correction appelé stretch reflex. Alors, s'il n'y a pas de contrainte émotionnelle ou énergétique surajoutée, nous obtenons un relâchement presque immédiat du muscle contracté. Lorsque le problème est uniquement physique, la réponse est obtenue simplement en mettant le corps dans une position qui exagère son attitude antalgique naturelle.

C'est là le concept de base de la phase 4 : au lieu d'essayer d'étirer quelque chose de contracté, nous le plaçons dans une situation où il va se trouver encore plus contracté, lui permettant ainsi, par réaction, de se détendre.

Un autre concept important de l'ortho-bionomy est que les mobilisations ne sont jamais douloureuses, le corps ayant tendance à réagir à la douleur par des contractures, ce que justement nous essayons d'éviter.

Aider les patients à retrouver un équilibre naturel
L'ortho-bionomy est une manière d'apprendre aux patients comment être plus à l'aise dans leur corps, physiquement et énergétiquement. Sur le plan purement physique cela signifie utiliser des mouvements doux et des positions confortables pour détendre et équilibrer muscles et ligaments. Il n'est pas nécessaire d'utiliser des manipulations violentes car l'ortho-bionomy va dans le sens des désirs naturels du corps pour parvenir à cet équilibre.

Imaginez un bâton qui est tenu en position verticale par une série de fils attachés au sol. La tension de chaque fil, tirant sur son vis-à-vis, tient le bâton en position verticale sans contrainte pour le bâton lui-même. Maintenant, un fort vent se lève et fait pivoter le bâton de manière telle qu'un nœud se forme dans un des fils. Ce fils raccourci tire sur le bâton qui n'est plus alors en position verticale. Si nous forçons le bâton à revenir droit, nous pouvons le remettre approximativement dans sa position d'origine en tirant sur le fil raccourci. Mais il y a une manière plus facile de remettre le bâton dans son exact équilibre originel. Il suffit de tirer le bâton dans la direction du fil noué, puis d'utiliser le relâchement du fil pour défaire le nœud et laisser les tensions qui existent dans le reste des fils remettre le bâton dans sa position d'origine.

Comme le bâton dans cet exemple, le corps tentera toujours de retrouver son équilibre s'il a la possibilité de le faire. Par équilibre, j'entends cet état d'être qui nous permet de vivre sans douleur, de bouger en harmonie avec nous-mêmes et notre environnement. En ortho-bionomy, nous n'utilisons pas la force pour aider nos patients à soulager leurs douleurs et leurs tensions physiques. Nous utilisons le même principe que celui décrit dans l'exemple : si un muscle est tendu et contracté, nous mobilisons le patient dans une position qui raccourcit le muscle, ce qui lui permet de se relâcher dans cette position sécurisante, puis nous laissons l'harmonie naturelle se réinstaller dans le corps.

Le mythe du "tout à coup"
Malheureusement ce n'est généralement pas aussi simple. Dans la réalité, la plupart d'entre nous avons des schémas physiques et énergétiques qui nous retiennent et interfèrent avec notre capacité innée de nous rééquilibrer. Ces schémas se développent en général lorsque nous traversons des traumatismes, des stress, des peurs et beaucoup d'autres événements traumatisants. En explorant doucement ces blocages, et en aidant à leur intégration, le praticien aide le patient à abandonner ses schémas erronés afin qu'il puisse évoluer vers des mouvements plus libres et plus détendus.

Lorsqu'un patient vient pour une séance, il est souvent en crise et souffre d'un état chronique sous-jacent qui l'a conduit à cette situation aiguë, qu'il le sache ou non. C'est le mythe du "tout à coup" : "Je me suis penché en avant, et tout à coup, mon dos s'est coincé !" Et ceci après avoir maltraité et abusé de sa colonne pendant trente-cinq ans.

En plus du soulagement de la douleur et du relâchement des tensions, l'ortho-bionomy va insister sur la rééducation du patient visant à utiliser correctement son corps. Cette rééducation vient comme un complément aux séances de travail pendant lesquelles le patient acquiert une plus grande conscience de son corps. En outre, il arrive parfois qu'une personne se voit conseiller un programme d'exercices spécifiques et adaptés, à faire régulièrement chez elle.

L'ortho-bionomy prend de l'ostéopathie la compréhension du corps et des techniques bien établies. Elle y ajoute cette approche plus intuitive de l'énergie et de l'émotionnel, ce qui en fait une des techniques les plus efficaces à l'heure actuelle.